Conference: “L’Europe Centrale dans les relations entre la France et l’URSS dans l’entre-deux-guerres”

logo

paris

CONFERENCE : L’Europe Centrale dans les relations entre la France et l’URSS dans l’entre-deux-guerres : enjeux nationaux, régionaux, internationaux. Étude de cas sur la reconnaissance de l’URSS en 1934

 Date : 29/11/2013

Place : Université Paris Diderot Paris 7 – Bâtiment Olympe de Gouges – Salle 311- 8 rue Albert Einstein 75013 Paris

Durant le « court XX siècle » (1918-1991), l’Europe centrale est considérée comme un territoire stratégique pour l’équilibre des forces en Europe. Les « Grandes puissances » essayent de renforcer leur influence dans cette région (la France et l’URSS y réussissent, respectivement, après la Première ou la Deuxième guerre mondiales). Pendant les premières années qui suivent la Première guerre mondiale, la Russie est exclue de la scène politique (centre-) européenne. Par conséquent, une question se pose : comment, et quand cette puissance va-t-elle faire son retour politique dans la région ? Á partir de 1934, la présence soviétique en Europe Centrale croît graduellement (sauf en 1941-1944) jusque à la fin des années 1940, quand des régimes communistes sont établis dans toute la région.

Á la différence de la majorité des pays d’Europe occidentale (et de certains pays voisins de l’URSS comme la Pologne) qui reconnaissent rapidement la Russie Soviétique, les quatre pays centre-européens (Tchécoslovaquie, Roumanie, Bulgarie et Hongrie) retardent la reconnaissance diplomatique de l’URSS jusqu’en 1934. Au même moment, les pays qui demandent une révision des traités de paix établissent des relations diplomatiques avec Moscou, ce qui invite à se demander si la reconnaissance soviétique est considérée comme un pas en avant vers le changement du statu quo ? Quel est le rôle que Moscou entend tenir en Europe Centrale ?
Pour la diplomatie soviétique, quel rôle joue la France dans cette région ? Dans le contexte du rapprochement entre Paris et Moscou qui culmine en 1935, la France contribue-t-elle à l’amélioration des relations entre l’URSS et l’Europe Centrale, avec quels intérêts, quels moyens et quelle vision de l’URSS ? Les deux puissances trouvent elles un accord sur l’Europe Centrale ? Enfin, quelle est la perception de cette politique de puissance par les diplomaties centre-européennes, quelles sont leurs réactions, leurs politiques d’alliances symétriques ou asymétriques, tentent-ils de faire intervenir d’autres acteurs (Grande-Bretagne, Société des nations) ?

La question de la reconnaissance de l’URSS en 1934 permettra ainsi d’éclairer la politique étrangère
dans le triangle France – Europe Centrale – URSS, ses enjeux stratégiques, économiques et culturels, mais aussi dynamique entre politique intérieure et extérieure dans chaque pays, pour dessiner de manière plus fine les cartes mentales de l’Europe centrale dans les années 1930.

Program

Matinée – 9 h 15 – 9 h 30 Accueil

9 h 30 – 12 h 30 – Présidence Balàzs Ablonczy (Directeur de l’Institut Hongrois de Paris)

Sophie Coeuré (Université Paris Diderot – ICT) : L’héritage de la Première Guerre mondiale et de la révolution d’Octobre: présence et absence de l’URSS dans la géopolitique de l’Europe centrale.

Traian Sandu (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – ICEE) : La montée des fascismes : nouveaux enjeux stratégiques et géopolitiques de la première moitié des années 1930.

Sergey Ledenev (Université Paris Diderot – ICT – Université d’État de Moscou Lomonossov) : Les intérêts économiques de la France et de l’URSS en Europe centrale dans les années 1930.

Discussion

Après-midi

14 h – 17 h 30 – Présidence Judit Maar (Paris 3 Sorbonne Nouvelle – Centre Inter-universitaire d’études hongroises et finlandaises)

Vitali Repin (Université d’Etat biélorusse) : La reconnaissance diplomatique entre la Roumanie et l’URSS en 1934 et la France dans le contexte des projets de sécurité collective européenne des années trente: les objectifs, les attentes et les résultats.

Andrei Bucha (Université d’Etat biélorusse) : La reconnaissance de l’URSS par la Tchécoslovaquie en 1934 dans le contexte de la réalisation de l’idée du “pacte oriental”.

Aliaksandr Piahanau (Université d’Etat biélorusse – Université Paris Diderot – ICT) : La Hongrie et le rapprochement franco-soviétique des années trente: intérêts, étapes et contexte international de la reconnaissance diplomatique entre Budapest et Moscou en 1934.

Paul Gradvohl (Université de Lorraine – Centre de civilisation française et d’études francophones de l’Université de Varsovie): Enjeu régional, enjeux bilatéraux : mises en perspectives historiques hongroises et polonaises.

Discussion

Contact :
Sophie Coeuré (sophie.coeure@univ-paris-diderot.fr)
Aliaksandr Piahanau (piahanau@gmail.com)

Pour plus d’informations cliquez ici


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.